Skip to content
impact negatif commentaire des autres
12 min read

Pourquoi les commentaires des autres nous blessent et comment lâcher prise ?

"Ce ne sont pas les événements de notre vie qui nous façonnent, mais nos croyances quant à la signification de ces événements." ~Tony Robbins



Que ce soit à cause des mots d'une brute de la cour d'école, d'une remarque en passant d'un étranger ("tes bras sont poilus") ou d'une observation d'un être cher ("tu es trop timide"), nous commençons à nous transformer en une version protégée de nous-mêmes.

Les interactions quotidiennes avec les autres épaississent un peu notre peau, ce qui nous permet de nous protéger de la plupart d'entre eux. Mais ceux qui restent changent notre paysage intérieur.

Pour beaucoup d'entre nous, les douleurs physiques dont nous souffrons proviennent d'accidents, d'aventures ou de maladresses. Ce sont des événements imprévisibles qui ne viennent de nulle part en particulier. Ils ne sont pas personnels.

Les mots, en revanche, proviennent toujours de personnes. Et ils sont presque toujours personnels. Pour une espèce qui se nourrit de liens, d'acceptation et d'amour, les mots sont une source primaire d'information sur notre position au sein de notre tribu.

Avec les mots, nous nous définissons, nous trouvons nos semblables et nous prenons position. Les mots renforcent ce que nous sommes. Les mots inspirent. Les mots font de nous des géants. Avec les mots, nous ressentons la douleur, la solitude ou la trahison. Les mots nous rabaissent. Les mots nous maintiennent petits. Les mots plantent les graines du doute. Les mots nous dégonflent.

Bénéficiez de conseils pour votre bien-être gratuitement en vous inscrivant à notre newsletter !

1. Les mots sont puissants. Choisissez-les avec sagesse

pensees negatives solutions
Lorsqu'il s'agit de transmettre un message, la façon dont nous disons les choses est importante. Les mots peuvent être positifs, négatifs ou neutres. Imaginez comment l'utilisation d'un même mot peut donner des résultats différents.

"Silence !"

Prononcé lors d'une fête d'anniversaire surprise, ce mot excite tout le monde. L'invité d'honneur arrive !

Parlé à un enfant qui se pose des questions, ce mot le fait se sentir petit, insignifiant, blessé.

Même un adulte peut souffrir de ce mot. Imaginez un homme qui regarde un match de football. Sa femme arrive en courant pour lui annoncer une nouvelle excitante. Il lui crie "silence", et juste comme ça, elle se sent diminuée et privée de joie.

Les mots sont puissants. Mais tout le pouvoir est-il réservé à celui qui les prononce ?

Lorsqu'il s'agit de recevoir un message, nous pouvons nous sentir impuissants. Tout comme une toile d'araignée attrape bien plus que le dîner, notre esprit s'encombre de nombreux débris de mots. J'ai passé des années à déballer ma douleur et mon passé, et les parties les plus glauques sont nées de commentaires, de phrases passagères et d'attaques directes.

Alors, voici ma question : Pourquoi certaines choses entrent-elles dans une oreille et sortent-elles par l'autre, alors que d'autres ont une façon de nous suivre partout ? Pourquoi certains mots nous affectent-ils si profondément que nous renonçons à notre joie et choisissons de ne pas danser, chanter ou parler ?

Voici ma révélation. Ceux qui me connaissent me l'ont déjà entendu dire : Ce que nous croyons est important.

Il semble que les mots peuvent devenir des graines plantées dans mon cerveau. Ceux qui restent commencent à se transformer en quelque chose de désordonné qui s'immisce dans mon être.

Après beaucoup (et je dis bien beaucoup) d'introspection, j'ai trouvé mon dénominateur commun - deux en fait. Ma douleur est née de la vérité ou de ma peur de ce qui pourrait être la vérité. La douleur est mon sentiment de manque qui s'amplifie.

Ouf. C'est une pilule amère à avaler. Aucun d'entre nous ne veut croire que nous pensons ne pas être intelligent, beau, amusant, cool, aimable ou drôle. Mais je vais le répéter. Presque toutes les remarques qui m'ont blessé sont celles que je croyais vraies. Ou celles dont je craignais qu'elles soient vraies. C'est ça.

Lorsque notre vérité est révélée ou remise en question, c'est douloureux. Notre vérité est souvent une partie de nous que nous ne pouvons pas ou avons l'impression de ne pas pouvoir changer. Qu'il s'agisse de notre rire, de notre corps ou de nos rêves, nous sommes exposés.

 

2. Quelle solution ? 

 

pensées négatives solutions


Que faisons-nous de cela ? La seule chose que nous pouvons faire : nous accepter. Juste. La. manière. Nous. sommes.

Cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas continuer à grandir et à évoluer en tant qu'humains. Cela signifie que nous sommes toujours en train d'être et de devenir.

La plupart d'entre nous vont dans le monde en tant que nous-mêmes et se retirent lentement dans leur coquille car ils se sentent de moins en moins en sécurité pour être qui ils sont. Nous devenons une version édulcorée de notre moi coloré pour éviter la vulnérabilité.

Mais je suis ici pour contester l'idée que la vulnérabilité doit être douloureuse. Inconfortable, oui, mais peut-être pas douloureuse. Notre meilleure défense est de savoir et d'accepter qui nous sommes vraiment, de sorte que lorsque quelqu'un met en doute notre caractère ou nos motivations, c'est soit vrai, soit faux - et si c'est vrai, il faut l'accepter.

Si je me retrouve à ruminer un commentaire, c'est une opportunité, une chance pour moi de mieux me connaître.

Maintenant, quand un mot me pique, j'aborde le malaise différemment. Je me demande : Pourquoi suis-je blessé ? Est-ce que c'est vrai ? Est-ce quelque chose que je peux changer ? Est-ce que je veux que ce soit vrai ? Si c'est moi, puis-je faire plus que l'accepter, puis-je aimer cette partie de moi ?

J'avais l'habitude de penser que mon problème était que je n'étais pas assez "ceci" ou que je devais être plus "cela". J'avais l'habitude de penser que si je pouvais simplement prendre les meilleures parties des autres personnes et devenir ces choses, je me sentirais en sécurité, confiant et intouchable.

Mais c'était épuisant, et je n'atteignais jamais mon objectif. Ma vie était comme un château de cartes, prêt à s'écrouler à tout moment. Vivre dans la peur est épuisant. J'ai aussi commencé à avoir l'impression que je ne pouvais pas avancer. C'était comme faire du sur-place alors que je pourrais nager.

Ce n'est que lorsque j'ai fait une pause et développé ma confiance en moi que j'ai retrouvé toute mon énergie, mon optimisme et ma confiance. Parce qu'en fin de compte, on ne peut jamais être bon qu'en étant soi-même. Il n'y a plus à essayer, seulement à être. Et le fait de savoir que je n'ai pas besoin d'être tout. Juste moi-même. Peu importe ce que les autres personnes ont à dire à ce sujet.

Et vous savez quoi ? Les choses les plus étranges ont commencé à se produire. J'ai trouvé de nouvelles forces, de nouvelles joies, et de nouvelles opportunités. Quand j'ai cessé d'imiter les réussites des autres, j'ai découvert les miennes. Le genre que je n'ai pas peur de perdre. Le genre qui ne me donne pas l'impression d'être un imposteur.

Partager ma voix est passé d'une situation effrayante et angoissante à un moyen de créer des liens et de la joie. La transition est tout simplement miraculeuse. Si vous m'aviez dit tout cela il y a quelques années, je n'aurais jamais cru que je pourrais atteindre ce genre de paix et de confiance. Mais j'en suis venu à croire en la croyance. Et je le recommande vivement.


Vous souhaitez bénéficier de conseils et d'astuces pur apprendre à mieux gérer votre stress, à vous sentir mieux dans votre peau ou atteindre vos objectifs ?

Découvrez-en plus chaque jour en vous inscrivant gratuitement à notre newsletter en cliquant ici.

avatar
Passionné par le développement personnel et le bien être, Julien a décidé de créer Relaxation Réunion pour aider les réunionnais à découvrir le chemin du bien être !

COMMENTS